Thursday, Nov 23rd

Last update12:46:37 PM GMT

You are here

 

Salubrité : Quand le gouvernement s’en mêle

Envoyer Imprimer PDF

(Lejour.info) - Le conseil des ministres tenu le jeudi, 12 juillet 2012  a décidé que désormais des pénalités seront appliquées contre ceux qui jettent les ordures dans les caniveaux. Une décision qui mérite d’être respectée. Mais quand on sait ce que vaut une décision gouvernementale en Guinée, il n’y a rien à espérer. Pourtant Conakry reste la capitale la plus sale dans la sous-région. Ses habitants manquent d’hygiène. Chacun jette les ordures là il le veut et quand il le veut. La police de salubrité et autres agents de santé n’existent que sur le papier. Les PME, chargées de collecter les ordures ont quasiment disparu. Même l’Avenue de la République qui mène au Palais présidentiel a ses pavées jonchées d’ordures et sont occupées par des tabliers et autres étalagistes. L’opération coup de balai initié récemment par le gouverneur Sékou Resco Camara n’a été que du bluff. Après avoir cassé quelques kiosques à Kaloum, le gouverneur et sa horde des agents s’est arrêté net. Pourtant, il avait promis d’aller jusqu’au bout.

Une autre décision du gouvernement destinée à rendre la capitale propre ayant foiré est celle qui annonçait le transfert des parcs de véhicules à vendre vers Coyah. Là aussi, on nous avait promis que dans un délai d’un mois tous les véhicules à vendre seront transférés dans un site de Coyah. Puis rien.

Pour ce qui est de la propriété dans nos villes, il faut incomber la responsabilité aux mairies. Celles ne jouent pas leur rôle. Elles se contentent de collecter les recettes issues de taxes et impôts. Ces montants sont toujours tombés dans les poches troués de conseillers communaux et agents de l’impôt. Ce qui revient à dire qu’ils sont élus pour rien. Heureusement qu’on a un bon nombre d’eux qui ne sont pas élus. Le nouveau régime préférant démettre la plupart d’eux et de les remplacer par d’autres qui sont nommés par arrêté ministériels.

Zenab Touré/Lejour.info