Sunday, Sep 24th

Last update10:12:58 PM GMT

You are here

 

Reggae Sun Ska 2012 : Le Festival a célébré les 50 ans de révolution Reggae

Envoyer Imprimer PDF

(Lejour.info) - C’est une évidence, Le Reggae Sun Ska est désormais, le plus grand festival reggae de France.  La 15ème  édition de ce festival dont les lampions se sont refermés le 05 aout dernier à Pauillac dans le Médoc (Bordeaux),

a fait sold out avec une prévente estimée à plus de 70.000 billets avant même l’ouverture des portes. Et ce n’était pas tout ! Les 3 jours de festival ont mobilisés entre 80.000 et 100.000 festivaliers, vénus des quatre coins du monde. Un record d’affluence absolu !

Cette année, le festival était placé sous le signe des 50 ans de la Jamaïque libre. Comme on le sait, l’île du reggae a recouvré son indépendance un 6 aout 1952 après de longues luttes contre l’oppression et d’affirmation culturelle. Au Sun Ska 2012, ce fut l’occasion également de fêter ces 50 ans de musique et de révolution Reggae.  Alors une belle brochette d’artistes de tous les styles et de toutes les époques, s’est relayée sur les 3 scènes du festival pour une osmose totale avec le public. Les pionniers et légendes comme : The Congos , Jimmy Cliff , Max Roméo , Lee ‘’Scratch ‘’ Perry , Johnny Clarke, Horace Handy ou encore Pablo Moses , ont tous émerveillé les festivaliers ; en démontrant une fois de plus que l’original  Root reste leur emprise et ce malgré l’usure du temps. Les amateurs de good vibes from de New Root ou du Dancehall n’étant pas également déçus. Dans ce registre, Tarrus Riley la nouvelle coqueluche de Kingston , amené par le musicien chevronné Dean Fraser  a explosé la scène  ‘’One Love’’ ( la soirée du 03 aout) ,  suivi de Mr. Vegas et surtout de Ayo qui s’est mêlée aux  festivaliers pendant plus d’un quart d’heure pour des instants de chants inoubliables. Pendant ce temps, de l’autre coté , sur la scène ‘’Rebel Music’’ du sound systèm français  fait bouger dans tous les sens grâce à Kanka , Dark-Bazil-Naaman ou encore Biga Ranx.

Le 04 août, il faisait beau soleil. On se réveille avec du bon son non loin du camping. En attendant les grands concerts du soir, c’est la queue pour les douches et pour les toilettes. Difficile de se frayer un chemin parmi tant de monde. Alors on se met en mode life style au village Sun Ska : Respect & One Love.

Dans la soirée du O4 août, après la prestation remarquable des américains de Groundation , et de Natty Jean à demi-teinte , on s’impatiente pour voir Damian Marley qui tarde à se pointer. Le fils de Bob Marley , malgré un léger retard  et un court temps de scènes, a quand même su mettre le feu avec ses big tunes connus et les reprises ‘’ Get up , Stand up’’ et Could You Be Loved’’ de son géniteur.  Quand à la journée du dimanche 05 aout, elle a été chauffée par un  époustouflant Anthony B, plus que jamais déchainé sur scène. Le chanteur jamaïcain solide sur ses jambes, a multiplié des pas de danses avec un toast hors pairs. Bien avant, la britannique Hollie Cook et le groupe français Boulevard des Airs ont aussi conquis le cœur des festivaliers des plus sceptiques aux vrais fans.

Et pour marquer ce quinzième anniversaire du Reggae Sun Ska, les festivaliers s’attendaient à quelque chose d’énormes. Eh bien, ils ont été servis. Les organisateurs avaient tout prévu : les derniers instants de l’excellente prestation de Jimmy Cliff ont été choisis pour lancer l’immense feu d’artifice. Imaginez,  Lorsque plus de 80.000 personnes entonnent ‘’ Joyeux anniversaire Sun Ska’’. N’est-ce pas exceptionnelle ? Eh oui ! Après cette apothéose, Le rasta venu d’Italie, Alborosie & le Shengen Clan Feat. Ikaya, aura l’honneur de clôturer le 15ème Reggae Sun Ska festival.  Il interpréta ses plus gros tubes comme ‘’Kingston Town ‘’et  une belle balade de sonorités reggae dance hall mixées à des notes électro. Un pur bonheur pour les milliers de festivaliers.  Il faut signaler que les organisateurs face aux milliers de festivaliers ont eu quelques soucis logistiques et techniques notamment en termes de capacité d’accueil du camping.  Mais dans l’ensemble, l’ambiance du festival n’a jamais baissé d’un cran. La fête de la culture reggae fut à son summum.

La 15ème édition du Reggae Sun Ska Festival se termine ainsi dans la fièvre du rythme et de la culture née des ghettos de la petite île de la Jamaïque. Une culture de revendication populaire qui continue d’embrasser l’universelle. Et qui, certainement ne s’arrêtera jamais. Vivement la prochaine édition !

Aboubacar M. CAMARA ,

Envoyé Spécial- Pauillac – Bordeaux –France/Lejour.info