Wednesday, Sep 20th

Last update10:18:25 AM GMT

You are here

 

RDC: prise d’otages et fusillades à Kinshasa, tirs à Lubumbashi

Envoyer Imprimer PDF

(Lejour.info) - Des journalistes de la radio-télévision nationale congolaise ont été pris en otage pendant plusieurs heures par des hommes armés, ce lundi 30 décembre, avant d’être libérés par une intervention des forces de sécurité. Des tirs ont aussi été entendus dans la capitale tôt ce matin, et des attaques ont eu lieu à l’aéroport et dans un camp militaire. Plusieurs dizaines d’assaillants auraient été tués, selon le porte-parole du gouvernement. A Lubumbashi, principale ville du Katanga, des tirs ont aussi été signalés.

La situation reste confuse à Kinshasa en République démocratique du Congo. Ce lundi matin, des coups de feu ont été tirés dans le secteur de la radio-télévision nationale vers 8 heures. Un groupe armé habillé en civil a pénétré dans les locaux. Ses éléments ont réussi à s'exprimer brièvement, avant que l'antenne ne soit coupée. Avant la coupure, les images montraient les deux jeunes présentateurs de l'émission en cours, assis, effrayés, mais calmes, avec derrière eux un jeune homme menaçant. Les autres personnes présentes sur le plateau n'étaient pas visibles à l'écran.

Des journalistes ont été détenus une partie de la matinée, selon les forces de l’ordre et une intervention de la police dans les locaux de la RTNC a mis fin à l'attaque.

Le quartier général de l’armée a aussi été attaqué, ainsi que l’aéroport international de Ndjili. Dans la confusion, la population prise de panique avait évacué les usines, les bureaux et les marchés. La circulation avait aussi été perturbée. L’armée et la police sont encore déployées dans le quartier de la Gombe, siège de la plupart des institutions.

Une quarantaine d'assaillants tués

Le porte-parole du gouvernement est intervenu à la télévision ce lundi midi. Lambert Mende a livré un premier bilan d’environ 40 morts du côté des assaillants dans les trois attaques de ce matin à Kinshasa. D’autres ont été faits prisonniers.

Des évènements ont été aussi signalés à Lubumbashi, capitale du Katanga. Des tirs ont été entendus vers 11h dans le quartier du Golf. Pour l'instant, impossible de dire s'il y a des liens avec les attaques qui ont visé Kinsasha, ce lundi.

Le pasteur Mukungubila derrière les attaques ?

Lors de leur brève prise de parole à la télévision congolaise, les assaillants ont cité un nom : celui du pasteur Paul Joseph Mukungubila, ancien candidat à la présidentielle de 2006 qui se fait appeler le « prophète de l'éternel ». Il est originaire de la province du Katanga et le siège de son Eglise est à Kinshasa. Une Eglise évangéliste appelée « ministère de la Restauration ».

Ses partisans avaient manifesté en 2010 et avaient eu affaire aux forces de l'ordre. Sa dernière interview remonte à il y a tout juste un mois. C'est aussi de cette époque que date son dernier message sur les réseaux sociaux.

RFI