Monday, Jul 24th

Last update10:43:00 AM GMT

You are here

 

Les confidences du Capitaine Dadis Camara : « Je ne suis pas dans le jeu des gens »

Envoyer Imprimer PDF

(Lejour.info) - Le Capitaine Moussa Dadis Camara est-il affilié à une formation politique ? L’ancien numéro un du Conseil National pour la Démocratie et le Développement (CNDD, ancienne junte) a-t-il apporté son soutien à un parti politique durant les législatives ? L’homme qui avait pris le pouvoir en décembre 2008 vient de briser le silence en s’exprimant sur toutes ces questions et bien d’autres. Dans cette interview exclusive qu’il a bien voulu nous accordée, le Capitaine Moussa Dadis Camara a exprimé son point de vue sur la finalisation de la transition en Guinée, mais aussi sur ses rapports avec le pouvoir du président Alpha Condé. Exclusif !!!

Africaguinee.com : Récemment une formation politique guinéenne (l’Union Guinéenne pour la démocratie et le développement, UGDD) a réclamé votre retour au pays et dit s’inspirer de vos idéaux. Peut-on dire donc que le Capitaine Dadis Camara parraine ce parti ?

Capitaine Moussa Dadis Camara :
Ce sont des opportunistes, je n’ai aucun parti. Ce sont des opportunistes qui cherchent à vendre ma personne pour avoir de l’électorat auprès des gens.

Vous n’avez donc jamais eu de contact avec eux ?

Je n’en ai pas besoin. Je l’ai dit à leur chef, s’il est venu me voir au Burkina pour avoir mon soutien pour faire de l’UGDD ce qu’il est, Je dis à tout le monde alors que je ne reconnais pas l’UGDD, ce n’est pas mon parti et je n’ai aucun parti et je ne soutiens aucun parti. Le jour où je vais faire de la politique, je le dirais. Mais pour le moment je ne suis pas dans la politique. Malheureusement dans notre pays certains ne sont pas sérieux. Vous (la rédaction d’Africaguinee.com), personnellement je vous ai appelé parce que vous êtes sérieux et vous faites un travail sérieux. C’est moi-même qui vous ai appelé pour faire passer ce message. Certains profitent du moindre entretien pour après raconter du n’importe quoi.

Tous les gens de l’UGDD qui se réclament de moi sont des opportunistes. Tu ne peux pas faire de la politique comme ça, si tu veux avoir le pouvoir, tu ne dois pas marchander des personnes ! S’ils veulent le pouvoir ils n’ont qu’à le chercher mais qu’ils laissent mon nom.

Donc ça ce sont des faux problèmes, j’ai même dit à la forêt, la forêt ne les reconnais pas ! Ce sont eux qui chantent pour perturber la population guinéenne plus particulièrement la forêt. C’est juste pour les tromper. On a vu des gens qui ont fait de ma personne une marchandise, il suffit simplement qu’ils disent mon nom pour qu’ils aient des adhérents.

L’UGDD réclame également votre retour en Guinée. Votre réaction ?

Non ! Pour mon retour, ils ne sont rien. Ce n’est pas eux qui ont fait de moi président, c’est Dieu qui a fait de moi président et par la bénédiction de tous les guinéens. Si je dois retourner ça ne dépendra pas d’eux. Ça dépendra de Dieu. Ils n’ont rien à avoir dans ça. C’est pourquoi je dis que ce sont des opportunistes. Ils tiennent des langages comme ça pour que les guinéens aient confiance en eux, pour qu’on dise ‘’ah oui’’, ils aiment le président Dadis, alors que c’est le contraire.

Donc le capitaine Dadis n’est affilié à aucune formation politique ?

Toute personne qui le dit, c’est qu’elle est malhonnête et c’est un opportuniste. Je ne suis affilié à aucune formation politique de quelque nature que ce soit jusqu’à preuve de contraire. Le jour où je vais m’affilier à un parti politique (…). Si je le veux bien vous serez les premiers à être informés. Je le ferais de façon officielle. Mais pour le moment la politique ne m’intéresse pas encore. Et tous ceux qui utilisent mon nom c’est pour arriver à leur objectif. C’est pour des fins politiques qu’ils utilisent mon nom.

Selon certaines sources, l’ancien président le Général Sékouba Konaté vous aurait récemment demandé de vous rallier à l’opposition. Est-ce que vous confirmez cette information ?

Ce n’est pas le général Sékouba qui me donne des instructions moi ! Je suis un ancien président, j’ai géré une nation ! Personne ne peut me donner des instructions. C’est moi qui gère ma vie. Je ne suis pas dans le jeu des gens, dans la politique, dans des querelles intestines. Je ne suis pas un homme de ce genre. Vous me connaissez, vous connaissez bien ma nature. Je suis un homme, personne ne peux me gérer, personne ne peux me dicter quelque chose en me demandant d’être dans l’opposition. Pour quel intérêt ? Ce sont des manières pour perturber l’esprit des Guinéens. Aujourd’hui je ne veux pas que les gens utilisent mon nom. Tout ce que je veux pour les guinéens, c’est la paix ! C’est la paix que je cherche, je ne veux pas que les gens utilisent mon nom dans des partis politiques de l’opposition. Je n’ai rien à foutre là-dedans, je ne suis pas un leader ! Je veux me rallier à l’opposition parce que je suis un leader ? Non, ça ce sont des bêtises. Celui qui l’a dit, il a menti. Dites que : ‘’ Celui qui l’a dit, Dadis dit que l’intéressé a menti’’. La personne même qui l’a dit, je crois qu’elle a rectifié, parce que j’ai réagi. Je l’ai appelé, j’ai réagi, moi je ne suis pas dans des situations comme ça. C’est une façon d’opposer les gens ! Qu’on laisse Sékouba lui-même dire que je suis convenu avec lui. Là on peut comprendre, mais écrire des bêtises comme ça. Alors, tous ceux qui utilisent mon nom, pour des fins politiques, ce sont des opportunistes.

Quels genres de rapports vous entretenez avec le pouvoir du président Alpha Condé ?


J’entretiens de très bons rapports avec le pouvoir actuel. Je ne suis pas un homme malhonnête. Je ne cherche pas à créer des problèmes en Guinée. J’entretiens de très bons rapports avec le pouvoir, avec le président Alpha Condé qui est légitimement reconnu par la loi. Ça y va de ma culture, ça y va dans l’intérêt de la nation. J’entretiens aussi de très bons rapports avec les opposants. La preuve est que quand ils viennent ici, ils viennent me saluer, je les reçois, ce sont des frères à moi. Je ne fais pas la confusion entre le pouvoir et les opposants. Ce sont tous des frères. Donc j’ai de très bonnes relations avec le pouvoir, en l’occurrence le Pr Alpha Condé et tous les leaders politiques, j’ai de très bons rapports avec eux. J’ai été président de la Guinée, je suis pour tout le monde ancien président de la Guinée. Ça c’est dans l’histoire. Donc, je n’ai aucun intérêt à me mêler de quoi que ce soit. Tout mon problème aujourd’hui, c’est la Guinée, les Guinéens et la paix. Tout ce qui est politique, je ne suis pas là-dedans pour le moment. Ma position est très claire.

Mon Capitaine, la transition guinéenne enclenchée depuis 2008 vient de finir avec l’organisation des élections législatives. En tant qu’acteur de cette transition quels sont aujourd’hui vos sentiments ?

Mon sentiment réel, c’est ce qui se passe en ce moment en Guinée, c’est d’œuvrer pour la paix, qu’il y ait la quiétude. C’est ça mon ambition. Ce n’est pas bien de rester là et qu’on dise que mon pays est dans une situation catastrophique, parce que j’ai mes parents, c’est ma patrie, c’est ma nation. Ce sont des valeurs qu’il faut cultiver. C’est pourquoi, je le dis, toutes les supputations qui sont utilisées à mon nom, je vous dis que ce sont des opportunistes. Si les gens cherchent le pouvoir, moi je ne suis pas un instrument qu’on doit utiliser pour atteindre son objectif.

Etes-vous satisfaits de la finalisation de la transition en Guinée ?

Je crois que puisque pour le moment, il y a la paix, les choses marchent (…). Je profite de l’occasion aussi pour remercier tous les leaders politiques du fait qu’ils ont eu la sagesse, comme ils l’ont dit dans leur déclaration, ce n’est pas moi qui le dit, ils ont pensé à la Guinée pour œuvrer pour la paix, donc, ça c’est un acquis. Je pense qu’avec ça tout le monde se sentira mieux.

Que dites-vous des violences qui ont secoué ces derniers temps la région forestière ?

Oui, c’est le plus grand choc que j’ai eu. Et encore, quand je pense à ça je suis choqué, parce que la Guinée n’a jamais connu ça. Heureusement tous ceux qui sont en forêt, qui habitent là-bas depuis des siècles ont compris, ils ont fait un pacte de non-agression. C’est déjà un acquis. En Guinée, on a jamais parlé de guerre, ni de guerre religieuse, on est tous pareils. Il y a des chrétiens, des musulmans et chacun a sa vocation. Donc je pense cela ne doit pas répéter, ont doit tenir compte de l’éducation que nos ancêtres sous ont léguée.

Avez-vous un appel à lancer ?

Mon appel à lancer, c’est la quiétude, la paix. Que tous les guinéens sachent qu’on n’a pas le droit de laisser les ethnies s’embraser. Ça serait ignoble ! C’est ce message là que j’adresse au peuple de Guinée, qu’on sache que les guinéens sont des frères. Que tu sois Peulh, Malinké, Sousou, Forestier, personne n’a demandé à Dieu d’appartenir à la Guinée. Je vous remercie aussi et je vous encourage pour votre travail.

Entretien réalisé par SOUARE Mamadou Hassimiou
Pour Africaguinee.com