Wednesday, Nov 22nd

Last update02:17:37 PM GMT

You are here

 

Festival du film africain en France : Le RADUCC encourage l’initiative et participe aux débats

Envoyer Imprimer PDF

(Lejour.info) - La 3ème édition du festival « CINÉ AFRIQUA 86 », promu par le Conseil Général de la Vienne, se tiendra en France du 12 au 16 mars 2014. Le RADUCC (Réseau Africain de Défense des Usagers, des Consommateurs et du Citoyen) participe au Festival et animera des débats après la projection de longs métrages tels que PARIS MON PARADIS de la burkinabé Eléonore YAMÉOGO, marraine du festival, ou LA PIROGUE du sénégalais Moussa TOURÉ.

Une initiative salutaire pour l’internationalisation de la culture et du Cinéma africains

Ce festival apporte une démarche originale et interactive, dans la mesure où il chine des films africains de qualité pour les faire connaître au grand public ; et qu’il allie projections et débats sur les problématiques africaines. Il promeut les échanges entre différents acteurs du cinéma africain, le public français et africain ; et des spécialistes des questions auxquelles l’Afrique est confrontée. Pour cette troisième édition, 18 pays africains sont à l’honneur avec 24 films, dont plusieurs ont été primés au FESPACO 2013 et à d’autres festivals en Europe et en Amérique du Nord. Les films choisis ont la commune particularité de mettre l’accent sur une description réaliste de l’Afrique; de ses habitants et de sa diaspora. Approche qui fait ressortir d’épineuses questions de société.  La qualité des films projetés et les débats qui suivent permettent au cinéma africain de laisser une empreinte indélébile dans l’hexagone et en Europe.

L’immigration au cœur du festival

La réalisatrice burkinabé Eléonore YAMÉOGO, marraine du festival et auteur du film PARIS MON PARADIS, donne une nouvelle impulsion au 7ème art africain par sa vision réaliste et immersive. Elle a été récompensée au FESPACO, en France et au festival Vues d’Afrique de Montréal. Son film PARIS MON PARADIS décrit sans tabou la réalité souvent amère des africains à Paris, déçus du rêve de l’eldorado européen. Elle fait une profonde immersion dans le quotidien d’immigrés pour qui les portes du « paradis » parisien ne sont pas ouvertes. Loin de la réussite rapide et facile espérée, ils sont contraints de nourrir le mythe, en veillant à ce que la société d’origine ne découvre pas la galère à laquelle ils sont confrontés en Europe. Alors, ils doivent faire toutes les débrouilles pour continuer à envoyer de l’argent aux proches et à préparer un retour princier, une apparence provoquée pour dissimuler la réalité.

A travers son film LA PIROGUE, Moussa TOURÉ décrit avec objectivité l’aventure périlleuse de jeunes africains qui empruntent des embarcations non adaptées pour rejoindre clandestinement les portes de l’Europe par les Îles Canaries en Espagne. Depuis un village de pêcheurs de Dakar, des jeunes risquent leurs vies en prenant la route de l’exil par une pirogue de pêche.

Moments forts des projections suivies de débats sur les questions migratoires

-          Cérémonie d'ouverture au Futuroscope de Poitiers, le mercredi 12 mars 2014 à 18h30 : Projection du film PARIS MON PARADIS d’Eléonore YAMÉOGO, suivi d’un débat animé par la réalisatrice et Aliou TALL, président du RADUCC.

-          Le jeudi 13 mars  à l’Université de Poitiers (Maison De l'Étudiant) :

  • 14h : PARIS MON PARADIS, suivi d’un débat avec la réalisatrice Eléonore YAMÉOGO  et Aliou TALL, président du RADUCC.
  • 21h : LA PIROGUE, suivi d’un débat avec le réalisateur Moussa TOURÉ, Eléonore YAMÉOGO et Aliou TALL président du RADUCC.

D’autres films africains seront projetés dans plusieurs villes de France : Le secret de l’enfant fourmi (Bénin),  Nuit de noces (Togo), Dialemi (Gabon), Por aqui tudo bem (Angola), Kinshasa kids (Congo), Malagasy Mankany (Madagascar), Virgem Margarida (Mozambique), Aya de Yopougon (Côte d’Ivoire), Et si l’on s’unissait (Guinée), Woodstock in Timbuktu (Mali), Les souliers de l’Aïd (Tunisie), etc.

Le RADUCC encourage cette initiative du Conseil Général de la Vienne,  et invite les gouvernements africains à suivre le pas pour offrir aux créateurs cinématographiques africains des fenêtres d’expression et de visibilité internationales. Le dynamisme et la diffusion de la culture africaine peuvent jouer un rôle important dans le redressement économique de notre continent.

Aliou TALL,

Président du RADUCC

(Réseau Africain de Défense des Usagers, des Consommateurs et du Citoyen)

Email : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.