Wednesday, Sep 20th

Last update10:18:25 AM GMT

You are here

 

Alerte : le journaliste free-lance, Diallo Mamadou Aliou introuvable…

Envoyer Imprimer PDF

(Lejour.info) - Le journaliste free-lance, Mamadou Aliou Diallo, a encore des ennuis avec les autorités guinéennes. Plusieurs fois inquiété

pour ses articles à vitriol sur les exactions du pouvoir, il est introuvable depuis plusieurs jours.

En tout cas, depuis les derniers affrontements entre les partisans du parti au pouvoir (RPG Arc en ciel) et ceux de l’opposition lorsque le cortège de Mme Halimatou Diallo, épouse de l’opposant, CellouDalein, a été attaqué le dimanche 22 septembre dernier aux environs de 17 heures à Taouya, commune de Ratoma. Elle était en campagne dans le cadre des élections législatives, attendues le 28 Septembre prochain. On sait que cet affrontement a pris une coloration ethnique entre Malinké et Peuls. Le bilan a été macabre : des blessés graves, des maisons d’habitat et des boutiques incendiées ou vidées de leur contenu. Le bus de campagne de l’UFDG, parti de Cellou Dalein Diallo a été incendié. Ce qui a suscité les pogroms ayant duré des jours. Les forces de l’ordre ont procédé à des arrestations.

Quant à notre confrère, Mamadou Aliou Diallo, il était de l’équipe de reportage qui accompagnait Mme Diallo.

Souvent indexé par les autorités, il est accusé d’être à la solde de l’opposition. Contacté, un de ses proches nous confie que le journaliste souffre de son appartenance ethnique – il est de la même communauté que  l’opposant. Surtout qu’eux deux portent un nom identique.

Les gendarmes ont investi son domicile, emporté plusieurs objets dont ses matériels de reportage. Notre reporteur a dû le constater sur place.

Son épouse et ses enfants, certes traumatisés par cette descente musclée, ont quitté les lieux pour une destination inconnue. C’est du moins ce que nous confient les voisins du journaliste.

Lors de la manifestation de l’opposition du 23 mai 2013 ayant causé plusieurs morts, des blessés graves, des dizaines d’arrestation et des dégâts matériels importants, il avait été bastonné, ses matériels de reportage détruits par la police.

Nous y reviendrons

Gabriel Soumah/Lejour.info