Tuesday, May 30th

Last update10:00:00 PM GMT

You are here

 

Bah Oury de l'UFDG: " Un danger d'explosion guette la Guinée avec la montée de l'ethnocentrisme dans le pays

Envoyer Imprimer PDF

Le vice-président de l'Union des Forces Démocratiques de la Guinée, Mamadou Bah Woury a affirmé qu'un danger guette la Guinée. Ceci avec la montée sans précédant du phénomène Ethnocentrique dans le Pays. Selon lui l'Ethnocentrisme est à l'origine de plusieurs conflits notés sur le continent africain. Il appelle ainsi à la résolution de ce problème de l’Ethnocentrisme pour éviter les foyers de tension en Afrique. Mamadou Bah Woury a fait ces déclarations lors d'une conférence qu'il animait ce week-end à l'Ucad.

A en croire Mamadou Bah Woury notre continent occupe plus l'actualité internationale par le nombre de tragédies et de conflits qui l'ensanglantes donnant en exemple le plus jeune pays du monde le Soudan du Sud, la Centrafrique, la République Démocratique du Congo, la Somalie, le Mali et Nigéria des pays secoués par des conflits armés ce dernières années. Il soutient également qu'à chaque crise, l’ethnocentrisme est au coeur des stratégie de confrontations. D'où selon lui l’intérêt de s'interroger afin de de dégager des pistes de réflexions et d'actions pour éteindre les foyers de tensions, ce qui dès fois estime-il est très difficile mais surtout de les prévenir, ce qui est à son avis souhaitable et indispensable.

Le vice président de l'UFDG affirme aussi qu'il y a trois facteurs déterminants de l'exacerbation de l'ethnocentrisme en Afrique. Il cite tout d'abord les phénomènes de nature climatiques, par exemple le grande sécheresse des années 70 qui avait poussé une vague importante de migrations de populations des terres arides, semi-désertiques vers les terres plus fertiles du sud. La bande sahélo-sahélienne a été le principale théâtre de flux de populations du nord vers le sud de l'Atlantique à la Corne de l'Afrique rappelle, Mamadou Bah Woury. L'autre facteur est la question foncière, il va s'en dire que la terre est le principale capital dont dispose les paysans du continent et c'est la raison qui fait que la problématique foncière est au cœur de la plupart des conflit, soutient Bah Woury comme cela a été le cas au Burundi où l'affectation et l'accès au sol expliquent l'instabilité dont ce pays est de manière récurrente victime. En effet, après l'indépendance du Burundi le parti-Etat met en place une politique dite de modernisation en milieu rural qui sert en réalité à permettre l'accaparement de rente caféière et de contrôle policière des campagnes. les société de développement saisissent les terres et mettent en place des nouvelles cultures puis la terre est rendu au propriétaire assorti du remboursement des frais d'investissement. Cette pratique a justifié selon Bah des politiques de spoliations. Et, enfin la question de la nature prédatrice et néo-patrimonial des Etats africains est évoqué par l'ancien ministre guinéen qui martèle que très souvent les clivages ethniques sont mis en relief pour justifier l'absence de démocratie, des sociétés ouvertes et d’efficacités des institutions politiques et sociales. Il estime que cela est présenté comme le "tare" des africains. Il affirme également l'ethnie devient par conséquent le responsable de la mal-gouvernance, du sous-développement et des déchirures. Or en réalité, l'ethnie ou plus exactement l'ethnocentrisme est l'alibi pour justifier l'injustifiable selon Mamadou Bah Woury. il ajoute aussi qu'au lieu de se focaliser sur le "prétendu antagonisme des diversités humaines en Afrique". Bah Woury dit qu'il également qu'il est essentiel de s'interroger sur la nature prédatrice et néo-colonial de l'Etat en Guinée.

ABDOULAYE WANDIANGA