Thursday, Nov 23rd

Last update12:46:37 PM GMT

You are here

 

Biens mal acquis : Sidya Touré écrit à l’Agent judiciaire de l’Etat

Envoyer Imprimer PDF

(Lejour.info) - Dans un rapport de 17 pages, l’Agence judiciaire de l’Etat  inventorie les maisons appartenant au patrimoine  bâti public. Au total, pour la commune de Kaloum et une partie de celle de Matam et de Dixin, 300 maisons ont été identifiées. Parmi elles figurent les demeures de plusieurs anciens dignitaires devenus opposants. A l’instar de Cellou Dalein Diallo et de Sidya Touré. Ce dernier a écrit à l’Agent judiciaire de l’Etat, Me Goureissy Sow pour  se justifier…


Monsieur l’Agent Judiciaire de l’Etat
Monsieur, 

Suite à la liste publiée par vos services concernant le patrimoine immobilier de l’Etat, liste sur laquelle mon nom figure, je me fais l’obligation de vous rappeler ce qui suit :

Nommé Premier ministre en Juillet 1996, j’ai été logé à la résidence de Landréya à Dixinnn (logement actuel de la Première Dame de la République), dont l’achat m’avait d’ailleurs été proposé. Une offre que j’ai refusée. 

Afin d’avoir un domicile privé à Conakry, j’avais sollicité du gouvernement un terrain nu à usage d’habitation conformément à la loi pour y construire ma résidence.

Monsieur le Président de la République, le Général Lansana Conté a pris un décret pour m’attribuer, gratuitement, le terrain formant la parcelle n°13 du lot 24 du plan cadastral de Taouyah Cité.

J’ai néanmoins exigé du Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat, l’évaluation dudit terrain à sa valeur exacte conformément aux coûts du marché de l’époque afin que je l’achète.

Et c’est ce que j’ai fait au prix de 35.000 dollars us soit 33.423.600 GNF, par les soins de mon Notaire, Me Amadou Diallo. Le versement de ce montant a été effectué au guichet du trésor public. La copie du chèque et le récépissé disponibles en font foi. 

Un permis de construire a été demandé et obtenu en bonne et due forme.

Les travaux réalisés par l’entreprise SERICOM selon la facture n°02/00 et n°03/00 la première à 1.770.000 FRF et la seconde à 41.300.000 GNF, hors aménagement et climatisation.

J’estime par conséquent, que la mention de mon nom dans le document que vous avez publié est une erreur.

Monsieur l’Agent judiciaire de l’Etat, pour asseoir votre conviction, je vous fais tenir en annexe tous les documents y afférent à savoir:

Annexe 1 : décret 96/195/PRG/SGG attribuant un terrain urbain à usage d’habitation. 
Annexe 2 : photocopie de la lettre du Ministre 
Annexe 3 : photocopie du chèque de paiement (BICIGUI)
Annexe 4 : reçu de paiement au trésor public, N°0683721 du 28/01/97, série B1 ;
Annexe5 : permis de construire : N°2257/ MUH/CAB/DACO/1997 du 01/12/1997 ;
Annexe 6 : Etude et réalisation faites par la société SERICOM Guinée SARL.

Espérant que cette énième explication  suffira à éclairer toutes les zones d'ombre, recevez  Mr l'Agent Judiciaire, l'expression de mes sentiments distingués.

Sidya Touré

Mariama Bah/Lejour.info