Monday, Jul 24th

Last update10:43:00 AM GMT

You are here

 

Fer de Guinée : signature d'un contrat d'exploitation pour 20 milliards de dollars US

Envoyer Imprimer PDF

(Lejour.info) - Les gisements de fer de Simandou, dans le sud-est du pays, sont au coeur de cette convention stratégique pour le pays du président Condé.

Sont partis à cette convention le gouvernement guinéen et trois autres "partenaires stratégiques" : le géant anglo-australien Rio Tinto, la Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale, et Chinalco, une grosse entreprise chinoise. Il s'agit d'un cadre d'investissement d'un montant de 20 milliards de dollars américains destiné à explorer cette zone, le Simandou, à quelque 1 000 kilomètres de la capitale, Conakry. Pour être plus précis, il y a lieu de dire que le Simandou est concentré entre les localités de Beyla, Yomou, Lola et N'Zérékoré. Ici se trouve la plus grosse part des gisements de fer qui se trouvent dans les quatre régions naturelles du pays. Appuyée par la Banque mondiale, la Banque africaine de développement (BAD), le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et l'Agence française de développement (AFD), la Guinée détient 35 % du capital qui pourrait être ouvert à des privés nationaux par le biais de la SFI.

"Un grand projet jamais réalisé en Afrique"

Selon le ministre d'État guinéen des Mines et de la Géologie, Kerfalla Yansané, qui a signé ce cadre d'investissement au nom du gouvernement, "c'est un grand projet intégré, jamais réalisé en Afrique, ajoutant que les dividendes et les retombées financières sous forme d'impôts et de taxes, attendues, pourraient au bout de dix ans quadrupler le budget national, estimé actuellement à quelque 2 200 milliards de francs guinéens". "Ce projet transformera notre économie dans son ensemble (...) Il libérera le potentiel énergétique, agricole, touristique, entre autres", a dit M. Yansané, précisant que 45 000 emplois seront créés, 600 kilomètres de voies ferrées et 1 000 kilomètres de routes bitumées seront construites. En clôturant la cérémonie de signature, le président Alpha Condé a affirmé que "ce projet est une opportunité, ainsi qu'un défi pour la Guinée en raison de sa complexité". Il a ajouté que l'ambition de son pays est aussi celle des trois partenaires stratégiques. La Chambre des mines de Guinée estime à 20 milliards de tonnes les réserves locales du fer, dont celles de Simandou sont classées "gisements de fer de classe mondiale". Le gouvernement guinéen, rappelle-t-on, a introduit une action en justice contre Beny Steinmetz Group Ressources (BSGR), la compagnie de l'Israélien Beny Steinmetz, accusé d'avoir raflé en 2008 pour 165 millions de dollars américains les droits d'exploitation de deux des cinq blocs du gisement de fer du Simandou et d'avoir revendu 51 pour cent en 2009 à 2,5 milliards de dollars à Vale, une compagnie brésilienne qui vient d'engager des poursuites contre BSGR.

James Barma/Le Point