Saturday, Apr 29th

Last update11:19:57 AM GMT

You are here

 

Mohamed Lamine Kaba du parti FIDEL : « Sans explication, Kaleta a été surfacturé à 200 millions de dollars us)

Envoyer Imprimer PDF

(Lejour.info) - Mohamed Lamine Kaba, président du parti FIDEL (Front intégré pour la démocratie et la liberté)


est un jeune leader, transfuge du RPG qui pilote le mouvement Tout Sauf Alpha, récemment créé par le député, Baidy Aribot. En tant que tel, nous l’avons rencontré. Dans cette première partie de l’entretien qu’il nous accordé, il explique les raisons de son divorce avec le pouvoir, les manigances de certains extrémistes du régime pour diviser les populations de la Moyenne Guinée, la gestion de certains projets de développement, tel que Kaleta.

Lejour.info : Que reprochez-vous au Pr Alpha Condé ?

Mohamed Lamine Kaba : Vous savez, l’adhésion à un parti politique est liée à une conviction. Nous avons soutenu Pr Alpha Condé par ce que nous avons cru qu’il était capable de relever certains défis : la justice sociale, la lutte contre l’impunité, la lutte pour la prospérité économique. Mais toutes les pratiques que nous avons combattues  sous les régimes précédents sont souvent revenues sous son règne. Toutes les valeurs que nous avons défendues quand nous étions dans l’opposition avec lui sont aujourd’hui foulées au sol. C’est pourquoi, nous l’avons quitté pour  créer notre propre parti afin de défendre les mêmes causes pour lesquelles on s’est battu.

Vous dites avoir joué un rôle important pour sa victoire en 2010 alors qu’il est socialiste. Aujourd’hui vous êtes avec ses opposants qui sont des libéraux. Comment avez-vous effectué cette transhumance idéologique ?

En politique, c’est l’intérêt de la Nation qui compte et non l’idéologie. Tout est question d’intérêt. Quant à l’idéologie, on a cessé de l’appliquer depuis la réunification de l’Allemagne. Ceci dit, on peut affirmer que lorsque les partis partagent la même vision, les mêmes intérêts, ils peuvent se donner la main et travailler ensemble. C’est le cas par exemple quand Laurent Gbagbo qui est un socialiste, a foutu la Côte d’Ivoire dans la merde, le parti socialiste français l’a condamné. C’est la même chose, sous le pouvoir militaire au sein des forces vives, tous les partis qui se sont donné la main. Même lui Alpha Condé travaillait avec ces libéraux.

Comment vous jugez sa politique sur l’unité nationale ?

Il faut dire que le président Alpha Condé est en train d’institutionnaliser l’ethnocentrisme en Guinée.

En quoi faisant ?

Lorsqu’il dit qu’il mettra un Soussou à la primature, un Forestier à la présidence de l’Assemblée nationale, …Je me rappelle même quand le chef d’état-major de l’armée de l’air est décédé, il a dit que « c’est un Soussou qui était là, je mettrai un autre Soussou à sa place ». Un président de la République qui dit des choses pareilles publiquement, c’est une façon de les institutionnaliser. Ce sont des pratiques, à notre avis, qui contribuent  à fragiliser l’unité nationale. Le président Alpha est trop électoraliste, trop communautariste. Je me rappelle sous le régime du Général Lansana Conté, quand le président Alpha a été arrêté avec Antoine Soromou qui est un fils de la Forêt, jamais la communauté forestière ne s’est levée pour réclamer la libération de ce dernier, jamais la Haute Guinée ne s’est levée pour demander sa libération, lui Alpha Condé. C’est comme lorsque Bâ Mamadou a été arrêté, la Moyenne Guinée ne s’est pas levée pour exiger sa libération. Et Mamadou Sylla quand il a été arrêté, jamais la Basse Côte n’a exigé la libération de son fils. Mais j’ai remarqué que  sous l’ère Alpha, chaque fois que le fils d’une région est inquiété, c’est cette région qui se lève et il cède toujours. C’est le cas de Mathurin. Quand celui-là a eu des ennuis,  c’est la communauté Baga qui s’est levée pour le défendre tout comme le cas de Pivi, la communauté forestière s’est mobilisée, et il a toujours cédé. Finalement, on a constaté malheureusement que sous sa gouvernance, les coordinations régionales sont beaucoup plus puissantes que les institutions parce que tout simplement, il est électoraliste et communautariste du point qu’il n’a plus d’autorité.

Toujours en parlant de son communautarisme, examinons le sous d’autres angles. Par exemple, cette histoire d’eau empoisonnée qui  a détérioré le tissu social.

Prenez le cas des affrontements actuels en Moyenne Guinée entre foulasso et roundés. Le président Alpha Condé est le premier à orchestrer les pratiques de ce genre. Ils ont dépensé plus de 3 milliards de francs pour soulever les roundé contre les foulasso. Selon leur stratégie, les 75 pour cent des Peuls sont des roundés. Donc, il faut tout faire pour les ramener vers l’électorat du RPG et de la communauté du Président Alpha Condé. Nous avons la liste de tout ce qu’ils ont dépensé, les noms de ceux qui partagent cet argent, ceux qui le perçoivent, les grands électeurs, les projets montés. Monsieur Ibrahima SoryCissé qui dirige l’Agence nationale des micros finances, un service attaché à la Présidence de la République, est un ressortissant de roundé de Dalaba. On a mis à sa disposition  130 milliards de francs à donner exclusivement aux roundés. Ils ont monté dans ce sens des micro-finances en leur disant «  tenez cet argent, devenez plus forts que les gens de Foulasso pour les combattre… ». Ces pratiques fragilisent le tissu social qui est en lambeaux. Aujourd’hui, le président Alpha représente un danger, raison pour laquelle, il faut lui barrer le chemin en 2015.

C’est effectif, dans toutes les communautés, il existe l’inégalité sociale ; mais je pense qu’il faut agir de façon souple pour réduire la différence et rapprocher les gens. En Guinée forestière, celui qui a fait la forêt sacrée et celui qui n’a pas été initié n’ont pas la même place dans la société. Tout comme en Haute Guinée où existe le système de castes. Certainement en Moyenne Guinée aussi, il y a des gens qui s’attachent à certaines considérations, mais il faut toujours passer par des moyens de dissuasion pour faire disparaitre ces différences. Il ne s’agit pas de faire une politique de discrimination  à outrance pour diviser les Guinéens.

Et qu’est-ce le FIDEL propose à la Guinée ?

Au FIDEL, nous savons que les défis sont grands. Les Guinéens doivent se donner la main et mettre leur intelligence en commun pour recoudre le tissu social. Un peuple est fort quand il est uni. L’unité nationale est une de nos préoccupations principales.

Comment vous pouvez surfer sur l’unité nationale alors que vous dirigez le Mouvement Tout sauf Alpha en 2015 ?

Tout sauf Alpha n’est pas un mouvement communautaire. Moi-même qui suis là, je suis Malinké de la même communauté qu’Alpha Condé.  On n’a pas dit tout sauf Malinké, tout sauf Peul. On a dit tout sauf Alpha. Alpha est un individu sur les 12 millions de Guinéens. Ce n’est pas ségrégationniste ce que nous disons. Le Mouvement Tout Sauf Alpha est un mouvement citoyen au-dessus des partis politiques. Ses membres sont issus des partis politiques bien sûr, mais aussi de la société civile. En tant que coordonnateur, il est de mon devoir de coordonner les actions de toutes les forces vives pour obtenir l’alternance en 2015. Nous sommes un mouvement démocratique.

Vous dites qu’il faut passer par la persuasion pour circonscrire ces considérations faisant allusion aux castes …Vous qui étiez avec le RPG en 2010, comment avez-vous accepté d’admettre l’idée de dire tout sauf Lansana Kouyaté ?

En 2010, moi je n’ai jamais entendu parler d’un mouvement Tout Sauf Lansana Kouyaté. J’étais déjà au Sénégal.  En tant que membre du RPG, j’étais le directeur de campagne du Président Alpha au Sénégal, au Cap Vert, en Gambie et en Mauritanie. On avait une association qui soignait les blessés lors des manifestations en Guinée.  Ainsi nous avons fait évacuer des blessés lors des manifestations de 2006, 2007 et 2009. Nous avons été humanitaires. C’est ainsi que nous avons soutenu le président en croyant qu’il pourrait changer la donne que n’importe qui parce qu’il a été une grande victime. Son parti a enregistré plus de 23 morts sous le régime Conté.

Vous savez la politique, c’est la conquête du pouvoir et son exercice. Après son élection, il a fait revenir les mêmes pratiques que nous avons combattues d’antan. Au lieu de prôner la justice sociale, il a augmenté le nombre des victimes de répression. Donc, on n’avait aucune raison de rester avec lui. Et nous avons retrouvé notre équilibre moral. Pour prouver que nous restons le même, récemment, nous avons fait évacuer un enfant   blessé ((ThiernoSadou Barry qui a eu une balle aux reins  lors d’une manifestation de l’opposition)  sur le Sénégal où il est en train de subir des soins. On est politique, mais nous gardons encore notre caractère humanitaire.

Le pire, le Président Alpha Condé a fait tuer plus de manifestants politiques que le Général Lansana Conté. Entre 1991 et 2008, il y a eu 27 manifestants politiques tués. Sous Alpha, en 3 ans, on a tué 60  manifestants. Jugez-en ! Cela n’était pas pour nous acceptable pour un chef d’Etat qui a passé plus de 50 ans en Europe, et de surcroit, un professeur de droit.

Ceci veut dire que vous êtes un déçu ?

Je suis déçu. Il nous a déçus par sa politique. Il n’y a pas de différence entre la politique et celui qui l’applique. Lorsqu’on a voulu combattre le nazisme, on s’est attaqué  à Hitler. L’actuel système est incarné par Alpha, il faut qu’il parte.

Si Alpha part en 2015 que proposez-vous pour remettre les Guinéens en confiance ?

Ce n’est pas nous (NDLR : le Mouvement Tout Sauf Alpha)  qui allons orienter la volonté des partis politiques. Notre devoir est de sensibiliser les Guinéens sur le danger que représente la réélection du président Alpha à travers des forums, des meetings, des caravanes porte à porte etc…Pour cela des arguments solides existent, la jeunesse comprend qu’il a détruit l’emploi.

Mais, il est en train de réaliser beaucoup de projets ?

Vous pouvez me donner un seul projet ?

La réhabilitation des routes, le projet Kaleta.

Les routes ! En tant que journaliste, vous pouvez évaluer ce qu’il a fait par rapport au Président Dadis.  Dadis a fait plus de routes en un an qu’Alpha Condé en trois ans. C’est lui qui a désenclavé tous les quartiers : Hafia, Dares Salam, Koloma, Taouya, Heramakono, Gbessia etc.. Partout ces routes ont été réalisées et bitumées alors que la Guinée était sous embargo.

Vous me parlez de Kaleta. D’abord, je veux vous dire que ce projet a été surfacturé à 200 millions de dollars US. L’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (l’OMVS) a fait un projet validé à 326 millions de dollars US. Aucun travail n’a été ajouté et sans explication on donne ce projet aux Chinois à 526 millions de dollars. Nos investigations nous ont prouvé qu’aucun ingénieur ne peut expliquer ce rajout. Pire Kaleta c’est un barrage saisonnier. Papa Koly l’a confirmé après son limogeage de la tête du département de l’Energie. En dehors de 2 à 3 mois de la saison de pluie, ce barrage ne peut pas donner plus de 30 pour cent de sa capacité productive.  C’est comme Garafiri.

Vous parlez de 700 millions de Rio Tinto, le ministre des Finances a dit que les 250 millions ont été utilisés pour la réalisation de Kaleta. Et les 400 millions de dollars ? Le même ministre dit qu’ils sont dans un compte bancaire domicilié en Suisse. Malheureusement ce montant n’a pas été mentionné par toutes  les lois de finances des années précédentes. Cela n’a été mentionné nulle part. La pertinence veut que cette somme ait été dilapidée au détriment du contribuable guinéen.

A suivre

Réalisé par Oumar Yacine Bah/Lejour.info

En collaboration avec Diallo Alpha Abdoulaye/Le Populaire