Wednesday, Nov 22nd

Last update02:17:37 PM GMT

You are here

 

Kerfala Camara KPC désigné meilleur manager africain dédie son prix au Pr Alpha Condé

Envoyer Imprimer PDF

(Lejour.info) - Le PDG du Groupe GUICOPRES  SA, Kerfala Camara KPC a conféré avec la presse dans les


locaux de son siège ce vendredi 11 juillet. Il s’agissait de présenter à la presse nationale le prix le désignant meilleur manager africain 2014 ; prix dénommé ‘’Oscar de l’Oscar du leadership’’ que lui a décerné à le samedi 28 juin 2014 le CIMA (Conseil International des Managers Africains) à l’occasion du 29ème Gala des Managers Africains à Paris. Tout s’est passé dans une cérémonie que les organisateurs ont voulu sobre et conviviale à la fois.

Pour planter le décor, son conseil, chargé de la Communication, Ibrahima Marco Bah, a défini l’ordre du jour de la rencontre et présenté les responsables du Groupe GUICOPRES  SA qui étaient autour de son PDG. Puis, la parole est revenue au vice-président du Groupe qui a souhaité la bienvenue aux invités avant de céder le micro à son patron.

C’est un Kerfala Camara KPC, bien détendu qui s’est exprimé devant les journalistes. D’abord, il a tenu à remercier ses collaborateurs qui n’ont ménagé aucun effort pour travailler   et la presse nationale qui selon lui joue un rôle majeur dans la dynamique du changement prôné par le Pr Alpha Condé depuis son avènement au pouvoir. Un motif d’ailleurs qui l’a amené à dédier son prix au Président de la République. Les raisons de cette dédicace, KPC les dégage à travers quatre points essentiels.

« 1- Les réformes économiques mises en œuvre depuis 2010 qui ont permis au pays de renouer avec les institutions internationales et de restaurer les équilibres économiques nationaux- PPTE ; Maitrise de l’inflation, révision des contrats miniers.

2     -L’amélioration sensible de la garantie de l’investissement à l’interne pour les opérateurs économiques qui ont de plus en plus d’opportunités et d’ouvertures sur le partenariat avec les investisseurs étrangers.

3-Les efforts inlassables pour la réunification du patronat guinéen à travers ses initiatives de mise en commun de synergies divergentes en faveur de la promotion du secteur privé.

4-L’appui aux opérateurs économiques locaux à travers l’allocation de plusieurs marchés. »

Son discours liminaire, il s’est prêté aux questions de journaliste. Une occasion qu’il a mise à profit pour éclairer la lanterne des uns et des autres sur la vie de sa société d’une part et le climat des affaires ces derniers en Guinée.DSC00206

Mis à des rudes épreuves aux premières heures de l’avènement Alpha Condé au pouvoir, le Groupe GUICOPRES  SA, selon PDG est revenu à la première loge, parce que son PDG a la foi en tout ce qu’il entreprend, il dit agir par conviction. Une attitude qui lui a permis de retrouver la confiance au près du Président de la République. Il rassure que de nos jours, grâce aux réformes menées par le gouvernement, les opérateurs économiques guinéens sont devenus confiants et les sociétés de constructions sont aptes d’exécuter à elles seules toute tache qu’on leur aurait confiée sans intervention d’une société étrangère.

KPC rapporte que cette confiance en soi lui donne l’audace d’installer sa société dans la sous-région, notamment en Sierra Leone, en Côte d’Ivoire, au Ghana et bientôt en Guinée Bissau et en Gambie.   Il se dit déterminé à continuer son eouvre en créant de l’emploi pour les jeunes et contribuer au développement de la Guinée en réalisant d’autres chantiers de grandes importances. Déjà, il se félicite d’avoir été le premier à pouvoir faire revenir au bercail des jeunes guinéens ayant bénéficiers de solides études en Amérique et en Europe. Une expérience qu’il compte pérenniser. Déjà, il ne tarit pas d’éloges à ses jeunes collaborateurs qui selon lui relèvent des majeurs défis au sein de son entreprise.

Dans ses explications, le Patron de GUICOPRES  SA précise que pour bénéficier cette distinction, il n’a effectué aucune démarche. Il jure être surpris du choix porté sur sa personne car il ne connaissait pas au paravent le CIMA.

Amirou Bah/Lejour.info