Thursday, Jul 27th

Last update02:03:19 AM GMT

You are here

 

Moussa Philan Traoré, gouverneur de Faranah « J’ai appelé les ressortissants du Foutah à Faranah à réélire le Pr Alpha Condé dès le premier tour en 2015. »

Envoyer Imprimer PDF

(Lejour.info) -Après sa prise de service comme gouverneur de la Région administrative de Faranah, Moussa

Philan Traoré nous a accordé cette interview.

Vous venez d’être installé dans vos fonctions de gouverneur de la Région administrative de Faranah. Que ressentez-vous là ?

Moussa Philan Traoré : Un sentiment de reconnaissance envers le Chef de l’État, le Pr Alpha Condé. Il m’a accordé sa confiance et je dois la mériter par mon travail et mes résultats. Donc j’éprouve un sentiment de fierté légitime mais j’ai également une conscience aiguë des lourdes charges que j’assume. J’ai été très touché par l’accueil des populations de Faranah et notamment des femmes qui m’ont fait une longue haie d’honneur. Je les en remercie infiniment.

Quels sont ce travail et les résultats attendus ?

C’est un travail d’administrateur à un niveau élevé. Je dois coordonner le travail et les activités des préfets placés sous ma tutelle et, transitivement, ceux de tous les autres administrateurs territoriaux qui servent dans la Région de Faranah. Quant aux résultats attendus, en tant que représentant du Chef de l’État dans la Région et en accord avec mon chef de tutelle, le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, je dois notamment veiller à ce que la loi soit respectée et à ce que l’ordre et l’unité nationale soient préservés dans ma Région. Cela ne peut certes aller sans la tolérance, l’acceptation de la différence, le respect des droits de l’homme et la coexistence pacifique des différentes communautés, mais il faut aussi que chaque citoyen connaisse et accomplisse son devoir, car la loi doit être respectée par tous. Droits et devoirs doivent aller de pair dans le comportement des citoyens ! Donc je ne transigerai pas sur les principes en cas de manquement aux devoirs.

Qu’avez-vous fait dès après votre entrée en service ?

Immédiatement après la cérémonie d’installation officiée par MM. l’inspecteur général de l’Administration du territoire et de la Décentralisation et le directeur national de l’Administration du territoire, je me suis fait accompagner par le nouveau préfet de Faranah, Mme Marie Kenneth Guilavogui, et par les deux sections du RPG Arc-en-ciel de Faranah-Centre pour prendre contact avec les notables de la ville. Nous sommes allés les saluer un par un et prendre langue avec eux à leur domicile. À chacune de ces visites, nous avons présenté les traditionnelles noix de cola au nom du chef de l’État et de son gouvernement. Nous avons transmis son message qui appelle à un engagement commun pour le développement local, à une lutte concertée contre la fièvre hémorragique Ébola et à l’entente des différentes communautés de la Région. Chez le doyen de la communauté peule de Faranah, Elhadj Mamadou Alpha Baldé, j’ai dit à l’assistance que le Pr Alpha Condé est en train d’achever la construction du barrage hydroélectrique de Kaléta pour relever le défi de l’électrification de la Guinée, dont les premières bénéficiaires seront les localités et les populations de la Moyenne-Guinée et de la capitale, Conakry. Toutes les turbines auront été lancées en août 2015. Ainsi, dans un an, l’électricité sera disponible et suffisante sur tout le territoire de la Moyenne-Guinée. Donc le président de la république se soucie des populations du Foutah, il a pris en compte leurs préoccupations dès le début de son quinquennat. J’ai informé l’assistance que les barrages d’Amaria et de Souapiti seront construits au second mandat pour compléter l’électrification du territoire national. J’ai appelé les populations de Faranah, et en particulier les ressortissants de la Moyenne-Guinée dans cette région, à accorder leurs suffrages au Pr Alpha Condé afin qu’il soit réélu dès le premier tour en 2015. J’ai tendu une main fraternelle à la communauté peule de Faranah pour qu’il y ait un cadre permanent de concertation avec les autorités préfectorales afin de prévenir et résoudre les conflits liés à la divagation du bétail et éviter ainsi les affrontements entre agriculteurs et éleveurs dans leur préfecture. J’ai exprimé mon souhait de voir tout le monde s’engager dans la lutte contre l’Ébola. J’ai souhaité notamment que toutes les familles installent devant la porte de leur maison un seau d’eau javellisé ou au moins un seau d’eau avec du savon afin d’inciter les occupants de la concession et les visiteurs à se laver les mains plusieurs fois dans la journée. Car c’est ensemble, en respectant les règles d’hygiène collective et individuelle, que nous éradiquerons cette terrible épidémie.

Quelle sera votre prochaine activité ?

J’irai à la rencontre des populations de la préfecture de Faranah afin de m’imprégner de leurs conditions et connaître leurs préoccupations, mais aussi pour les exhorter à la culture de la paix. Et ensuite, je ferai une visite de terrain dans les autres préfectures placées sous ma tutelle. Comme à Faranah, j’y rencontrerai les notabilités et les populations. Bien évidemment, je conférerai avec les administrateurs territoriaux de la Région administrative, accompagné par mes préfets, pour leur expliquer la feuille de route que j’ai élaborée et qu’ils devront mettre en œuvre pour atteindre les résultats qu’ils auront l’obligation de me présenter périodiquement. Je dois encore saluer le grand imam de la mosquée centrale et le patriarche des Kouranko. Je n’ai pas pu leur serrer la main lors de ma première tournée chez les notabilités de la ville de Faranah, car ils sont tous les deux souffrants et alités. Je leur souhaite un prompt rétablissement.

Interview réalisée à Faranah par

El Béchir Diallo