Sunday, Jan 21st

Last update01:21:30 PM GMT

You are here

Abdourrahmane Diallo: "Non, nous n’avons pas baissé les bras !!!"

Envoyer Imprimer PDF

Résultat de recherche d'images pour "abdourahmane diallo"(Lejour.info) - Le 21 novembre 2016, j’ai officiellement annoncé mon intention de constituer et de conduire une liste indépendante aux élections communales de Matoto sous la dénomination “Listes Citoyennes”. A l’époque, le calendrier électoral était encore flou, sans aucune visibilité, avec une date hypothétique en décembre 2016.

Des amis et moi avons donc commencé à nous réunir, à réfléchir, à préparer ces élections.

Malheureusement, malgré notre volonté et notre désir de changer les choses, d’apporter du sens au débat électoral qui s’annonce, nous ne ferons pas partis de la course. En tout cas, pas pour cette fois-ci.

Notre retrait de l’élection communale à Matoto est dû principalement à deux facteurs.

Premièrement, notre objectif principal était de réunir des citoyens de Matoto, compétents, rigoureux et engagés pour assurer la gestion efficace et efficiente de notre commune. Certains ont répondu à notre appel et je les en remercie. Mais nous n’étions pas suffisants pour répondre aux défis auxquels nous souhaitions répondre. Nous ne sommes pas parvenus à l’objectif fixé, pas parce qu’il n’y a pas de citoyens compétents à Matoto, mais certainement parce qu’ils sont trop loin de la chose politique, désintéressés de la gestion des affaires publiques. On aurait pu faire du remplissage comme l’ont fait certaines listes de candidatures, mais tel n’était pas notre objectif.

Deuxièmement, une campagne électorale requiert des moyens. Ces ressources, nous nous sommes évertués à les mobiliser afin de pouvoir partager efficacement le programme que nous avions conçu. Malheureusement, nos propres ressources étaient largement insuffisantes pour financer la campagne. Or, s’acquitter de la caution sans pouvoir mener une campagne électorale professionnelle et sérieuse n’aurait servi à rien. Nous ne voulions pas faire que de la figuration.

Comme beaucoup, j’espère que ces élections qui s’annoncent soient l’occasion de débattre des vrais enjeux de société. Malheureusement, avant même le début officiel de la campagne, les candidats audibles ont encore peine à être force de proposition. Je les écoute, je les lis, je les suis.

Mais la majorité des candidats, y compris même ceux des partis politiques, n’ont encore, à mes yeux, déroulé un programme électoral. Je vais peut-être vite en besogne, puisque que la campagne officielle n’est pas encore ouverte, mais je crains une confrontation vide d’idées et de propositions conséquentes.

Cependant, j’espère sincèrement qu’ils auront la hauteur nécessaire et la compétence indispensable pour présenter des programmes qui répondent aux enjeux de la décentralisation et du développement local et cesseront, par conséquent, de faire uniquement leur cheval de bataille “amener des jeunes et des femmes au pouvoir”.

Le slogan « un jeune, une mairie » n’est pas synonyme de changement, ce n’est moins un gage de bonne gouvernance et de compétences. Ces jeunes que vous souhaitez porter dans nos communes devraient déjà savoir ce qu’ils y feront, une fois les rênes entre leurs mains.

Pour ma part, j’ai décidé de ne pas conduire une liste citoyenne à ces communales à Matoto. Toutefois, j’apporterai ma contribution au débat sur le développement de nos communes en tant que citoyen et électeur.

Je ne sais pas si je vais apporter mon soutien à une liste mais je ne demande qu’à écouter l’ensemble des candidats de ma commune, y compris ceux des partis politiques.

Abdourahmane Diallo