Tuesday, Jun 19th

Last update09:30:06 AM GMT

You are here

Formation du nouveau gouvernement en Guinée : la Convention Démocratique pour le Renouveau (CDR) dénonce et condamne la faible représentativité des femmes

Envoyer Imprimer PDF

(Lejour.info) - La Déclaration N°1 - Le chef de l'Etat, Pr Alpha Condé, a signé le décret désignant les Résultat de recherche d'images pour "carte de guinée"membres du


Gouvernement Kassory le samedi 26 mai 2018, soit deux mois et 18 jours, après avoir promis devant toutes les caméras du monde de la mise en place d'une nouvelle équipe gouvernementale qui sera à l'écoute "de la majorité silencieuse" ; c'était au Palais du Peuple, le 8 mars 2018 lors de la célébration de la journée internationale de la femme.

 

L' espoir qu'a suscité cette promesse aux près des populations guinéennes, suivi du choix porté sur Dr Ibrahima Kassory Fofana comme Premier ministre, chef du Gouvernement, a été estompé dès la publication du décret du 26 mai 2018.

D'abord par le nombre des départements ministériels de cette nouvelle équipe gouvernementale puis par sa composition. Avec un gouvernement pléthorique (34portefeuilles), essentiellement dominé par des ministres sortants (17) dont la plupart présentent un bilan de gestion moins reluisant et peu de femmes (4 contre 7 dans la précédente équipe).

Les moins avertis de la scène politique en Guinée peuvent être surpris voire déçus. Car à leur entendement, le Président Alpha Condé, qui a toujours clamé que son présent mandant est dédié aux femmes et aux jeunes. Mais, pour ceux qui observent bien le comportement de nos hommes politiques depuis l'avènement de multipartisme en Guinée, ce mépris vis-à-vis de la femme guinéenne est loin d'être une surprise. C'est une évidence ; nos décideurs et politiciens accordent peu d'importance aux jeunes et aux femmes, constituant pourtant la frange la plus importante et la plus dynamique de la population guinéenne. Quant à Alpha Condé pour avoir choisi de faire du neuf avec du vieux, il ne peut pas faire exception. Tout comme son premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, l'ancien tout puissant ministre de l'Economie et des Finances du feu Président Lansana Conté, qui nous a laissé une économie exsangue, après 24 ans de règne sans partage.

Dans un gouvernement de 33 ministres et un secrétaire général, notre président de la République et son fameux premier ministre, n'ont trouvé que 4 femmes parmi la gente féminine formant pourtant 52% des 12 millions que compte la Guinée.  Soit près de 12%, loin des 30% du quota fixé par les textes législatifs guinéens pour le taux de représentativité des femmes dans les institutions.

Ce taux place désormais la Guinée, au bas de l'échelle en matière de représentativité féminine au niveau de l'Exécutif dans notre sous-région. A titre illustratif, au Sénégal, on compte 8 ministres femmes sur 39,  au Mali 9 femmes ministre sur 36, en Côte d'Ivoire 6 femmes sur 28.

Malheureusement en Guinée, la femme n'est utile en politique que pour la danse et la chanson ainsi que son bulletin de vote. Les partis politiques évoluant sur le terrain sont en quasi-totalité des misogynes. A en juger les périodes électorales ; lorsqu'il s'agit de constituer les listes de candidats, les femmes font la portion congrue et souvent placées à des positions peu favorables pour être élu.

C'est pourquoi, au sein de la Convention Démocratique pour le Renouveau (CDR), nous disons que cette tendance doit changer. Impérativement ! Nos mamans, nos sœurs et nos tantes ne sont ni objets ni marionnettes. La femme guinéenne est au centre de toutes les activités économiques, politiques et sociales depuis toujours. Mais, par la faute de nos politiques, elle est tenue à l'écart des décisions. Pour nous la CDR, ce comportement d'un mode révolu doit changer. Loin de tout discours démagogique, la CDR prône le Renouveau pour un changement qualitatif et quantitatif de notre société qui aspire à l'indépendance économique.

Par conséquent, la Convention Démocratique pour le Renouveau (CDR) condamne cette "exclusion" de la gente féminine au sein des différentes institutions de la République.

La CDR étant un parti des femmes et des jeunes, compte non seulement mener une lutte sans merci pour promouvoir leurs droits, mais aussi, se battre pour que ces deux couches importantes soient actives et productrices dans le processus de développement socio-économique de notre pays.

Par sa doctrine et son action démocratique, la CDR sera à l'avant-garde du combat politique pour une Guinée unie et prospère.

Vive la jeunesse

Vive les femmes

Que Dieu bénisse la Guinée