L’UNICEF appelle à une action urgente contre les mutilations génitales féminines

Imprimer

LONDRES/NEW YORK, 22 juillet 2014 - Le Gouvernement britannique et l’UNICEF organisent aujourd’hui le premier Sommet international de la Fille pour mobiliser les soutiens nécessaires à l’accélération de la lutte contre les mutilations génitales féminines/l’excision (MGF/E) et le mariage précoce, deux fléaux qui affectent des millions de filles à travers le monde.

Des données publiées aujourd’hui par l’UNICEF montrent que si leur prévalence a légèrement diminué au cours des trois dernières décennies, une intensification considérable des efforts menés actuellement est nécessaire pour compenser la croissance démographique des pays où ces pratiques sont très répandues.

« Les MGF/E et le mariage précoce causent aux filles un tort grave et irréparable, en les privant de leur droit de faire leurs propres choix et de réaliser leur plein potentiel. Ils sont néfastes pour elles, mais aussi pour leurs familles et la société dans son ensemble. Les filles ne sont pas une marchandise et ont le droit de prendre en main leur destin, et il va de l’intérêt de tous qu’elles puissent le faire », a déclaré Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF.

Ces nouvelles données sont instructives à plus d’un titre :

-   Si ces pratiques sont en recul depuis trois décennies, le nombre de filles mariées pendant leur enfance pourrait, lui, rester stable (à plus de 700 millions) jusqu’en 2050, du fait de la croissance démographique. Dans le même temps, jusqu’à 63 millions de filles risquent de subir des MGF/E.

-  Une baisse deux fois supérieure de ce taux porterait le nombre de femmes mariées dans leur enfance à 570 millions en 2030 et 450 millions en 2050. Le nombre de filles et de femmes victimes de MGF/E (plus de 130 millions) demeurerait quant à lui à son niveau actuel.

« Ces chiffres nous alertent sur la nécessité d’intensifier nos efforts, car il ne faut pas oublier qu’ils représentent des personnes bien réelles. S’il s’agit d’enjeux mondiaux, les solutions doivent être élaborées à l’échelle locale par les communautés, les familles et les filles elles-mêmes pour faire évoluer les mentalités, et briser l’engrenage des MGF/E et du mariage précoce. Ces chiffres stupéfiants n’ont rien d’une fatalité, ils sont bien au contraire un appel à l’action », a déclaré Anthony Lake.

Source : UNICEF